Accueil CultureLivres Vendetta, par Marie Corelli

Vendetta, par Marie Corelli

Vendetta

Par Marie Corelli
Aux éditions Eyrolles

1884. Alors qu’une épidémie de choléra frappe Naples, le comte Fabio Romani est déclaré mort et placé à la hâte dans le caveau familial. Par miracle, le jeune homme survit à la maladie et se réveille dans son cercueil. En s’extrayant du tombeau, il découvre un trésor inestimable, amassé là par le célèbre brigand Carmelo Neri ! Le bonheur de Fabio est complet : il a vaincu la maladie, assuré sa fortune, et il s’apprête à retrouver sa fiancée, la belle et douce Nina.

Le choc est donc terrible lorsque le comte découvre que son meilleur ami poursuit une liaison de longue date avec Nina, et qu’aucun d’eux ne pleure sa mort. Le cœur brisé, l’honneur bafoué, Fabio décide de prendre sa revanche…

Ce roman, délicieusement macabre, est le premier de Marie Corelli traduit en français. Une autrice adulée à son époque, qui a sombré dans l’oubli.

Marie Corelli (1855-1924) était, selon la rumeur, l’auteure préférée de la Reine Victoria, d’Oscar Wilde et de Winston Churchill. Très populaire au XIXe siècle, elle est complètement oubliée aujourd’hui. Son premier roman, A Romance of Two Worlds (1886), associe déjà deux thèmes récurrents dans son œuvre : l’occultisme et la romance. Le succès, cependant, fut médiocre. Il vint un peu plus tard, et massivement, avec Vendetta, or the Story of One Forgotten (1890), The Soul of Lilith (1892), Barrabas, a Dream of the World’s Tragedy (1893), et The Sorrows of Satan (1895). Ses tirages atteignirent alors des chiffres inconnus jusque-là (plus de cent mille exemplaires). Elle n’a jamais été traduite en français et ses œuvres sont maintenant tombées dans le domaine public. Elles sont aujourd’hui d’une étonnante modernité.

Nos suggestions de lecture

Laissez un Commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Accepter En savoir plus