Accueil CultureHistoire de la Savoie Une histoire du château de Miolans

Une histoire du château de Miolans

Histoire du château de Miolans

Château de Miolans
Le château est long de 200 mètres et large de 60 mètres.

La forteresse est positionnée au carrefour de la vallée de la Tarentaise, de la Maurienne et de la Combe de Savoie. Le château a été considéré comme l’exemple le plus parfait de l’art militaire jusqu’à la fin du XVème siècle. Pendant cinq siècles, une famille de seigneurs, les Miolans, était très proche de la famille de la Maison de Savoie, dirigea cette partie de la région.

Oppidum romain

Présence d'un oppidum ou forteresse romaine qui servira de base pour la construction.

Construction du château

Le noyau initial du château se trouve à l'emplacement de la Tour Saint Pierre, donjon primitif construit par les seigneurs de Miolans dès le XIème siècle.

2ème croisade

Geoffroy II de Miolans accompagna le Comte Amédée III de Savoie lors de la deuxième croisade.

Nanthelme II de Miolans

Nanthelme II de Miolans combattit pour défendre les droits du Comte Thomas 1er.

Agrandissements du château

A la fin du XIVème siècle, l'agrandissement du château entrepris par Jean de Miolans et son adaptation aux progrès de l'artillerie réalisés sous Anthelme IV consacrent la puissance et l'autonomie de cette famille implantée non seulement en Savoie mais aussi en Dauphiné et en Viennois.

Les Miolans possèdent presque toute la Combe de Savoie
Blason des Miolans
La seigneurie est élevée au rang de baronnie

La seigneurie est élevée au rang de baronnie à la faveur du maréchal Louis de Miolans.

Cependant, la construction du château fut réalisée contre l'avis du Duc de Savoie qui fit inscrire une clause particulière stipulant que si la lignée masculine devait s'éteindre, le château serait alors légué au Duché de Savoie.

La famille de Miolans s'éteint

Jacques III de Miolans, dernier mâle de la famille, fils du maréchal Louis de Miolans, meurt en Italie.

Après l'extinction de la dynastie, le château est légué au Duc Charles III de Savoie.

Le Duc de Savoie prend officiellement possession de la seigneurie de Miolans et de son château le 23 décembre 1523.

Le château devient prison d'état de la Maison de Savoie

Il inspirait une telle terreur qu'il fut surnommé 'la Bastille Savoyarde'.
Cent quatre vingt douze personnes y furent emprisonnées. Les plus connues sont :
Le père Monod (ministre de Richelieu), le faussaire Vincent Lavini, le seigneur de Grésy et le Marquis de Sade... Ils étaient enfermés pour des motifs politiques, religieux, de sorcellerie, de contrebande, d'espionnage et même suite à la demande d'un membre de la famille.

Sur les murs, certains prisonniers décrivirent leurs conditions de vie qui changeaient selon les gouverneurs, gentils ou tortionnaires : le gouverneur le plus redoutable fut le colonel Pierre Le Blanc (1713-1734).

Lire notre article

peinture du château de Miolans

Le Duc Charles III transforma ce château en une forteresse de défense, ce qui le fit devenir un chef-d’oeuvre architectural militaire du Moyen-Age. Les années passèrent et l’arrivée de l’artillerie mit un terme à sa fonction de défense en 1600. Prévoyant, le Duc Emmanuel-Philibert l’avait déjà transformé en prison d’état, fonction qui demeurera jusqu’à la Révolution (le duc Emmanuel-Philibert rêvait d’élever le château, par sa position stratégique de surveillance des routes de l’Italie, au rang de carrefour incontournable d’Europe).

L'enceinte est rasée

L'histoire de son enceinte fut très mouvementée. Elle fut assiégée par les soldats français de Henri IV et de Louis XIII, reconquise par les troupes de Louis XIV et pour finir rasée en 1706.

Evasion du Marquis de Sade
Marquis de Sade

Le Marquis de Sade séjourna au Château de Miolans à Saint-Pierre-d’Albigny, du 9 Décembre 1772 au 30 Avril 1773.

Lire notre article

Le château est saccagé
Drapeau France

Les révolutionnaires français ont envahi la Savoie qui devient le département du Mont-Blanc (le 27 novembre 1792).

Le château n'est plus une prison et subit le courroux des révolutionnaires.

Le château est abandonné

Tant que le château fit office de prison, aucune réparation ni entretien n'eurent lieu, et sous la Révolution entre 1792 et 1815 il fut abandonné.

Le château redevient savoyard
Drapeau Savoie

Sous la Restauration Sarde, la Maison de Savoie reprit le château mais le montant trop important des travaux de restauration provoqua sa mise en vente.

Le château redevient français
Drapeau France

Sous la Restauration Sarde, la Maison de Savoie reprit le château mais le montant trop important des travaux de restauration provoqua sa mise en vente.

Le château est vendu

Le premier préfet nommé à Chambéry sous la IIIème République en fit l'acquisition et le restaura. La famille Guiter, propriétaire du monument depuis 1869, a entrepris sa restauration et l'ouvre au public.

Le château est classé Monument historique

Le château fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par arrêté du 

Ce château médiéval à l’histoire riche en rebondissements inspira des légendes, telle la légende romantique et dramatique de Geoffroy et Yolande de Miolans (le comte Geoffroy part en guerre et un ménestrel s’éprend de la belle Yolande…).

A la découverte de Miolans

Poursuivez la découverte du Château de Miolans avec nos autres articles :

Le château de Miolans

Avec ses 250 mètres d’à-pic, le château médiéval de Miolans surplombe Saint-Pierre d’Albigny et mérite amplement son surnom de “Bastille des Alpes”…

Evasion du Marquis de Sade à Miolans

Le Marquis de Sade séjourna au Château de Miolans à Saint-Pierre-d’Albigny, du 9 Décembre 1772 au 30 Avril 1773. Découvrez les coulisses de son évasion extraordinaire…

Les prisonniers de Miolans

Le château fut transformé en prison d’État en 1564 et ce jusqu’à la Révolution française. 99 prisonniers y furent enfermés dont le Marquis de Sade, qui s’en évada le 30 Avril 1773…

Les défenses du château de Miolans

Le château de Miolans culmine à 550 mètres d’altitude sur un éperon rocheux séparé par le col de l’Arclusaz qui culmine à 2.064 mètres. Il se situe à la croisée des routes menant au Sud vers la Maurienne et le Mont-Cenis, à l’Est vers Montmélian et Chambéry et à l’Ouest vers la Tarentaise et le Petit Saint Bernard…

Laissez un Commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Accepter En savoir plus