Accueil CultureLivres Sur un air de fado, de Nicolas Barral

Sur un air de fado, de Nicolas Barral

Livres – BD

Sur un air de fado

Par Nicolas Barral
Aux Éditions Dargaud
Séance de dédicace le samedi 27 mars 2021 à la librairie BDFugue à Annecy

En ce 3 août 1968 au Portugal, le dictateur Antonio de Oliveira Salazar est victime d’une chute qui le laissera impotent. Cet accident préfigure-t-il la fin du régime ? C’est ce que ses opposants osent penser. Cette nouvelle ne modifie en aucun cas la routine de Fernando Pais, médecin lisboète à la patientèle aisée, qui a juré de se tenir à l’écart de la politique. Une décision au goût amer, prise dix ans plus tôt, qui mettait fin à sa jeunesse militante et à laquelle son mariage avec Marisa, sa compagne de lutte, n’avait pas résisté.

Alors qu’il rend visite à un patient au siège de la police politique, Fernando prend la défense de João, une graine de révolutionnaire, venu défier un des agents en faction. Il fait bientôt la connaissance d’Ana, la sœur du gosse, une jeune pasionaria communiste. Le cœur de Fernando vacille à nouveau. L’histoire va-t-elle se répéter ? Saura-t-il cette fois faire preuve du courage qui lui avait manqué dix ans auparavant ?

Pour sa première bande dessinée seul aux commandes, Nicolas Barral puise dans l’histoire récente d’un pays qui nous est proche les éléments d’une réflexion sur l’engagement. Qu’est-ce que résister ? Par quel processus entre-t-on en résistance ? En France, ces questions restent pour le moment théoriques. Sur un air de fado nous invite à suivre, sans jugement, le cheminement d’un indécis et sa conquête du courage.

Nicolas Barral, parisien né en 1966, se fait les dents et le crayon à OK Podium (il y réalise les pages BD), puis entre à Fluide glacial. En 1996, il dessine la série Les Ailes de plomb (écrite par Christophe Gibelin), puis, avec Pierre Veys, s’amuse avec Sherlock Holmes (Baker Street) et le duo Blake et Mortimer (Les Aventures de Philip et Francis). Nicolas Barral met également son trait au service de Tonino Benacquista (Dieu n’a pas réponse à tout), et sa plume à la disposition d’Olivier TaDuc (Mon pépé est un fantôme). À la suite de Jacques Tardi, il reprend l’adaptation de la série Nestor Burma, imaginée par le romancier Léo Malet.

Articles similaires

Laissez un Commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Accepter En savoir plus