Accueil Actualités Nicolas, un nouvel entrant dans la filière Beaufort

Nicolas, un nouvel entrant dans la filière Beaufort

3 mn de lecture

Tignes

Nicolas, un nouvel entrant dans la filière Beaufort

Nicolas et Julie

À plus de 2.000m d’altitude, Nicolas et Julie vous attendent sur l’alpage des Marais.

Situé sur les hauteurs du lac de Tignes et du lac du Chevril, en plein cœur de la station de ski, cet alpage offre un panorama magique sur les hautes montagnes.

Installé depuis le 1er janvier 2021, Nicolas fait partie des nouveaux entrants dans la filière Beaufort. Passionné d’agriculture, il se forme dans ce milieu et intègre le service de remplacement. Il connaît bien la zone Beaufort et rêve de s’y installer. L’opportunité de reprendre une exploitation dans laquelle il avait déjà travaillé s’est présentée et il a saisi cette chance. Aujourd’hui nous le retrouvons sur l’alpage qu’il exploite avec son troupeau et d’autres vaches qu’il garde en pension. Julie, sa compagne, l’aide dans ses tâches journalières et notamment la traite, lorsqu’elle est en congé.

Motivation, transmission et dynamisation

Depuis trois ans, ils sont une cinquantaine à avoir fait le choix de rejoindre la filière Beaufort, qui compte actuellement 354 exploitations. Ce chiffre est stable mais de nouveaux visages apparaissent chaque année et perpétue les traditions de l’AOP fromagère. La création ou la reprise d’exploitation, l’arrivée de nouveaux entrants au sein des GAEC (Groupement Agricole d’Exploitation en Commun) ou la succession de génération en génération sont les différents biais d’intégration dans la filière Beaufort.

Vaches sur l’alpage des Marais - Filière Beaufort

De divers horizons, les nouveaux entrants ont chacun une formation ou une expérience différente de l’agriculture. Ils apportent parfois un regard neuf sur la filière et y mettent du leur pour garantir le maintien de l’agriculture en zone de montagnes ! Une carrière en tant que producteur de Beaufort dure en moyenne 40 ans. La transmission est indispensable pour perpétuer les traditions et les valeurs. Les producteurs ainsi que le Syndicat de Défense du Fromage Beaufort font de leur mieux pour donner toutes les clés d’une installation réussie.

Comment rentrer dans la filière ?

Chaque nouveau producteur souhaitant livrer son lait pour la fabrication du fromage Beaufort doit faire une demande d’habilitation et est soumis à un contrôle. Ce contrôle, de la part du Syndicat de Défense du Fromage Beaufort, permettra de vérifier, avec le producteur, chaque point du cahier des charges de l’AOP à respecter. Si tout est conforme, alors le producteur pourra être identifié au sein de la filière et livrer son lait dans les coopératives de celle-ci.

Les points importants du cahier des charges

  • Le fromage Beaufort a l’un des cahiers des charges les plus strictes. Entre autres, trois points importants sont à respecter pour garantir toute la typicité et le bon goût de ce fromage.
  • Sa zone géographique, étendue sur les vallées de la Tarentaise, la Maurienne, le Beaufortain et une partie du Val d’Arly ;
  • 2 races de vaches : tarines et abondances qui sont les plus adaptées au terrain montagnard ;
  • Une alimentation locale composée de foin l’hiver et d’herbe pâturée l’été pour un lait de qualité !

Nos suggestions de lecture

Laissez un Commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Accepter En savoir plus