Accueil TourismeMonument La Fontaine des Eléphants

La Fontaine des Eléphants

La Fontaine des Eléphants...

...ou "Les quatre sans cul"

La Fontaine des Éléphants

A la mort du Général de Boigne, né Leborgne, la ville de Chambéry décida d’élever un monument en son honneur. Un concours fut lancé en 1832 et dix-sept projets ont été présentés. Un an plus tard, ce fut le grenoblois Pierre Victor Sappey qui sorti gagnant.

Le monument a été inauguré le 10 Décembre 1838. C’est une habile superposition de trois monuments: une fontaine, une colonne et une statue, d’une hauteur totale de 17,65 mètres, ensemble bâti en pierre calcaire.

La fontaine est composée de quatre éléphants, réalisés en fonte de fer, réunis par la croupe, en forme de croix de Savoie et l’eau sort par leur trompe. Au-dessus de chaque éléphant se trouve une inscription ou un bas-relief, surmonté de divers trophées des Indes.

Fontaine des Eléphants, trophées vus depuis le Théatre

Fontaine des Eléphants, trophées vus depuis le Théatre

Fontaine des Eléphants, trophées vus depuis le Bd de la Colonne

Fontaine des Eléphants, trophées vus depuis le Bd de la Colonne

Fontaine des Eléphants, trophées vus depuis la rue de Boigne

Fontaine des Eléphants, trophées vus depuis la rue de Boigne

Fontaine des Eléphants, trophées vus depuis la rue Claude Martin Photos : © Sergio Palumbo - 123 Savoie

Fontaine des Eléphants, trophées vus depuis la rue Claude Martin

Photos : © Sergio Palumbo – 123 Savoie

 
Fontaine des EléphantsFontaine des EléphantsFontaine des Eléphants
Benoît Leborgne, Comte de Boigne
Benoît Leborgne, Comte de Boigne - © Sergio Palumbo - 123 Savoie
Plan de la Fontaine des Éléphants
Plan de la Fontaine des Éléphants

La colonne, sculptée comme le tronc d’un palmier (encore une référence aux Indes), est surmontée d’une statue haute de trois mètres, représentant le Général de Boigne en uniforme de lieutenant général de Sa Majesté le roi de Sardaigne.

On la surnomme aussi “Les quatre sans cul“.

Un ravalement à la fin des années 1970

Les éléphants Chambéry
Les éléphants Chambéry © Ville de Chambéry, Archives municipales, 52WNC

Dès 1977, la Ville de Chambéry s’est activement préoccupée des dispositions à prendre pour sauvegarder la fontaine des Éléphants.

En 1978, un ravalement des Éléphants est décidé, il est effectué par l’entreprise Radiani en 1979.

Durant l’année 1980, année du patrimoine, des travaux sont effectués pour garantir la solidité du monument.

De nombreuses entreprises sont ensuite contactées, aucune ne peut présenter de solution satisfaisante pour sa restauration, la soudure au plomb sur fonte faisant pratiquement partie des techniques abandonnées. Dans sa séance du 5 décembre 1980, le Conseil Municipal de Chambéry demande le classement de la fontaine en monument historique pour pouvoir faire appel à la filière des restaurateurs spécialisés travaillant habituellement pour le compte des monuments historiques. Le classement est accepté le 7 mai 1982 par arrêté.

Une restauration au milieu des années 1980

Les éléphants de Chambéry
Les éléphants de Chambéry © Ville de Chambéry, Archives municipales, 52WNC

En septembre 1984, un premier éléphant est déposé et emmené à la fonderie Vincent à Brignais dans le Rhône pour être diagnostiqué.

L’état est très préoccupant. Outre le fait que la réalisation manque de finition, et que l’épaisseur de la fonte est réduite à quelques millimètres par endroit, l’éléphant a été “rafistolé” par endroit par des emplâtres de fer eux-mêmes recouverts d’une dizaine de couches de peinture. De plus certaines parties, dont notamment une jambe, ont été remplies de béton, amalgame pierreux qu’il faut dégager à la broche et à la massette. D’anciennes réparations sont donc supprimées (béton coulé à l’intérieur), puis la fonte est nettoyée par brossage et grenaillage fin pour ôter la rouille. Des moulages des parties défectueuses sont réalisés puis les éléments sont refaits avec une résine. Certaines parties ont été doublées de fibre de verre et l’ensemble a été repeint.

Fin mars 1985, le premier éléphant est de retour.

L’opération envisagée en 1985 comportait :

– la dépose-repose et traitement en atelier des trois éléphants restants selon les techniques similaires que celles utilisées pour le premier éléphant.
– le traitement des éléments secondaires du monument. Les plaques et trophées ont fait l’objet d’un nettoyage et d’une réparation. La statue du général de Boigne a fait l’objet d’un nettoyage.
– la remise en état du corps du monument en pierre de taille. Les trois éléphants ont été déposés le 13 novembre 1985. Après un traitement identique à celui subit par leur congénère, les éléphants, remis en état, ont repris leur place.

Dépose des Éléphants
Dépose des Éléphants © Sergio Palumbo - 123 Savoie

Automne 2013 : restauration de la statue du Comte de Boigne

un petit massage des épaules et c'est reparti !
Un petit massage des épaules et c'est reparti !

La statue a été restaurée et consolidée par les ateliers de la Fonderie Vincent à Brignais (69).

Un sablage a été effectué, ce qui a permis de la nettoyer et d’enlever l’oxydation. Cela a donné au monument une teinte dorée. Le socle a été refait avec une pierre de même aspect mais non gélive, c’est-à-dire ne subissant pas de dégradations dues au gel. Le travail a consisté à reboucher les trous recensés sur la statue, soit par brasage, c’est-à-dire par la soudure avec un autre métal, soit par masticage.

Puis la statue a été patinée, c’est-à-dire que les parois ont été chauffées au chalumeau et du nitrate de cuivre a été appliqué pour donner une teinte verte à l’ensemble. L’objectif était de conserver la teinte du bronze, en accélérant son vieillissement. Cela a permis de donner à la statue du Général de Boigne la couleur qu’elle aurait obtenue naturellement après plusieurs années, tout en s’assurant d’une coloration uniforme. Un vernis a ensuite été appliqué pour protéger l’ensemble de l’eau. La statue a été reposée au sommet de la statue des Éléphants le 18 novembre 2013.

2014 : restauration complète de la fontaine

La fontaine des éléphants a fait l’objet d’une restauration totale entre le 17 décembre 2014 et le 29 juin 2015. Les quatre éléphants ont été désolidarisés un à un de la fontaine et ont été déposés à l’aide d’une grue sur camion qui les a emmené dans l’atelier de la fonderie Vincent, à Brignais, dans le Rhône, entreprise retenue pour réaliser les travaux, pendant qu’en parallèle, des travaux ont  été réalisés sur place à Chambéry.

Dépose des Éléphants

Les éléphants ont ainsi,  chacun leur tour, été élevés dans les airs à l’aide d’une grue. Cela n’était pas arrivé depuis 1985, date de la dernière restauration. Avant cette dépose, l’entreprise a fait un relevé très précis afin de pouvoir, le moment venu, repositionner les éléphants aux mêmes emplacements.

Le 1er éléphant a été ramené le 6 mai 2015, suivi de la mise en eaux de la fontaine fin mai, la repose des trophées début juin et enfin la repose des trois derniers éléphants le 29 juin 2015.

Une fête des éléphants a été organisée le 3 juillet 2015 pour clôturer cette restauration.

Dépose des Éléphants

Pour en savoir plus...

Le 17 décembre 2014 les quatre éléphants ont quitté Chambéry pour rejoindre Brignais dans le Rhône. Le premier des quatre revient chez lui…

Le 17 décembre 2014 dernier, les quatre éléphants de la célèbre fontaine chambérienne ont été désolidarisés un à un et emmenés dans l’atelier de la fonderie Vincent, à Brignais, dans le Rhône. Nous sommes allés prendre des nouvelles…

Ne dit-on pas qu’une petite souris peut effrayer un éléphant ? A Chambéry ce n’est pas le cas, puisque nos quatre stars sont simplement parties pour se refaire une beauté…

Après avoir fait fortune aux Indes, Benoît Leborgne revient s’installer à Chambéry où il fait preuve d’une grande générosité. Il développe des fondations pour aider les démunis et finance la construction de monuments pour embellir la ville…

Articles similaires

Laissez un Commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Accepter En savoir plus