Accueil ActualitésNature & environnement Enedis prend soin du gypaète barbu

Enedis prend soin du gypaète barbu

Enedis et Parc national de la Vanoise

Enedis et Parc national de la Vanoise

 

Parc de la Vanoise - © 123 Savoie

Parc de la Vanoise – © 123 Savoie

Si l’enjeu climatique fait partie des préoccupations d’Enedis (ex. ERDF) et influence ses choix industriels pour les années à venir, l’entreprise a engagé de nombreuses actions pour diminuer les impacts de son activité sur l’environnement et notamment sur la faune.

L’action engagée par Enedis vis-à-vis de l’avifaune est liée à la nature de son activité. Enedis exploite sur la direction régionale Alpes (Savoie, Haute-Savoie, Isère) 42.000 km de lignes électriques dont près de 60 % en souterrain. En quelques endroits, les réseaux aériens peuvent avoir des conséquences pour des espèces d’oiseaux vulnérables :
le danger d’électrocution concerne surtout les oiseaux de grande envergure qui peuvent se poser sur des supports (poteaux) ou des appareillages électriques (interrupteurs) et s’électrocuter en touchant simultanément une phase et une masse, malgré les distances d’éloignement.
les facteurs qui entrent en jeu dans le risque de percussion avec une ligne électrique sont la hauteur de vol de l’oiseau et le positionnement de la ligne.

Une convention de partenariat Enedis-Parc national de la Vanoise

Dans ce contexte, Enedis, acteur engagé aux côtés de nombreux gestionnaires d’espaces protégés, et notamment le Parc national de la Vanoise, a signé une convention de partenariat durable en faveur de l’avifaune. Enedis finance cette convention à hauteur de 75.000 €.

Objectifs de la convention

Signé en 2012 pour trois années, entre Enedis, le Parc national de la Vanoise, la Ligue de Protection des Oiseaux Savoie, le Parc naturel Régional du Massif des Bauges et le Parc naturel régional de Chartreuse, et renouvelé en 2015, cet engagement partenarial vise à assurer la maîtrise des impacts des réseaux électriques aériens sur l’avifaune à travers :

Logo Enedis1) – L’identification des zones les plus sensibles pour les oiseaux de grande envergure : infrastructures dangereuses ou potentiellement dangereuses. Il s’agit de croiser la localisation des zones de nidification et des couloirs de migration avec l’implantation des lignes électriques gérées par Enedis. Ce diagnostic est essentiel pour apporter les solutions les plus pertinentes à chaque site spécifique : équipement de supports ou de lignes avec des balises, anticipation d’enfouissement de lignes…

Logo Parc de la Vanoise2) – La mise en œuvre de systèmes de neutralisation pour éviter que les oiseaux percutent les câbles ou ne s’électrocutent, sur les secteurs reconnus comme prioritaires. S’appuyant sur ses compétences ornithologiques, Le Parc national de la Vanoise guide Enedis dans son travail de neutralisation pour faire des choix de matériels pertinents, tout en maximisant l’efficacité des dispositifs de sauvegarde et en pointant les priorités d’action à l’échelle des départements alpins. Il existe 2 types d’interventions : la neutralisation des poteaux pour éviter l’électrocution et la visualisation des lignes électriques pour éviter la percussion. La neutralisation des poteaux consiste à :
isoler les conducteurs sous tension en installant des gaines (protections plastiques) sur les ponts ainsi que des protecteurs (de phase).
installer des tiges verticales au sommet des poteaux pour dissuader les oiseaux de se poser sur les armements à risque
installer des perchoirs pour inciter les oiseaux à se poser sans danger
Pour éviter la percussion, des balises sont posées sur les conducteurs pour rendre les lignes visibles aux oiseaux. Cette technique permet de diminuer de 65 % à 95 % le nombre d’accidents par percussion.

3) – Un suivi en commun de la réalisation au travers de comités de pilotage
À ce jour, sur les départements de la Savoie et de la Haute-Savoie, 85 poteaux ont été neutralisés (risque d’électrocution) ainsi que plus de 7 km de lignes (risque de percussion).

En parallèle de cette démarche existante, Enedis s’est engagée dans un deuxième temps dans le programme européen Life GypHelp, aux côtés du Parc national de la Vanoise et d’Asters (Conservatoire départemental d’espaces naturels de Haute-Savoie) et pour la protection de la sauvegarde des grands rapaces en général (grand duc d’Europe, faucon pèlerin, aigle royal…) et du gypaète barbu en particulier, oiseau emblématique des Alpes.

D’ailleurs, l’opération menée le 5 octobre 2016 sur la commune de Tignes s’inscrit dans le cadre de cette convention.

Le 5 octobre à Tignes

Le 5 octobre à Tignes

 

Articles similaires

Laissez un Commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Accepter En savoir plus