Accueil TourismeStations de ski Aussois, station village de Maurienne

Aussois, station village de Maurienne

Pourquoi Aussois ?

Pourquoi Aussois ?

Mais que signifierait Aussois dans ce qui semble être sa forme primitive, Alsede ?

© Jean-Luc Rigaux et OT Aussois

© Jean-Luc Rigaux et OT Aussois

Nous sommes là en pleine supposition : toujours selon Adolphe Gros, on rencontre souvent dans les chartes du haut Moyen-Age, le nom de femme Adalsendis, contractée ordinairement en Alsendis, Alsendes, Alsedes, Alseda. Ce nom d’origine germanique signifiait une “jeune fille noble”. On peut ainsi penser qu’une dame nommée Alsede aurait donné son nom à la localité d’Aussois dont elle était sans doute la plus riche propriétaire, c’est une origine fréquemment observée dans la formation des noms de lieux.

Adolphe Gros rejette une première explication qu’il avait lui-même avancée précédemment : il avait proposé comme origine d’Aussois, l’expression latine “altum saxum”, c’est-à-dire “rocher élevé”. En effet, “saxum” se dit “seix” dans le vieux français (on trouve un “pas de Seix” actuellement près de Moûtiers). D’où le “haut seix”, Ausseis, Aussois. D’autre part, il traite de totalement “fantaisiste” l’opinion de son prédécesseur le Chanoine Truchet qui voyait dans Aussois le mot “Aucella” dérivé du latin “avis”, oiseau ; Aussois, le pays des oiseaux ? Poétique, non ?

Ainsi, nous pouvons retenir comme certaines, les diverses appellations qu’a connues successivement le village d’Aussois depuis un millénaire, mais la question reste totalement ouverte quant à sa véritable signification originelle. Il y aura encore de beaux jours pour l’imagination de la poésie.


Le village d’Aussois

Mais avant tout, le village d’Aussois a gardé sa disposition rayonnante en croix dont le centre se situe à la fontaine de la place. Depuis de nombreux siècles, peu de modifications dans cette trame générale faite de maisons mitoyennes alignées le long des rues étroites. L’architecture et l’agencement de la maison traditionnelle d’Aussois peuvent être observés encore à chaque pas. En parcourant les rues du village, on accordera une attention particulière à quelques beaux témoignages d’une civilisation passée :
– les deux Fontaines de pierre de la Place et de la rue Saint-Nicolas, mises en valeur par leur situation de carrefour.
– la Maison sur la place, près de la fontaine, qui conserve une fenêtre à grille de fer, un cadran solaire et un arc de pierre avec la trace sculptée des armoiries du propriétaire.
– le Four communal, rue St-Nicolas, entre les deux fontaines, où la communauté aussoyenne a cuit son pain pendant tant de siècles et qui revit épisodiquement au fil des ans.

Les anciens hameaux d’Aussois

Le principal était celui des Rossanches. Il a pu abriter quelques 50 habitants. Détruit plusieurs fois par le feu, il fut abandonné définitivement à la suite d’un dernier incendie au début du XIXème siècle. Il en reste des ruines importantes au-dessus de la route d’Aussois à Sardières : pans de murs, voûtes de caves ou d’écurie, arcs de pierres…
Les autres étaient plutôt des “écarts” de quelques maisons plutôt que de véritables hameaux : les Moulins au fond de la gorge du ruisseau Saint-Benoît où tournaient meules et scierie, le Poyet sur le chemin qui mène à Bramans, l’Esseillon qui a largement profité de la construction des forts.

Nos suggestions de lecture

Laissez un Commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Accepter En savoir plus